A+ A A-

Edito de Janvier 2018

Que le Seigneur fasse briller sur vous son Visage !

Chaque début d'année, nous échangeons des souhaits de bonheur et de santé, autrement dit des bénédictions, puisque le verbe « bénir » signifie simplement « dire du bien, vouloir du bien ». Beaucoup tentent de faire preuve d'imagination quant aux vœux qu'ils formulent, mais ce n'est pas facile. Cependant, lors de nos eucharisties du 1er janvier 2018, nous avons lu dans nos églises un magnifique petit passage du Livre des Nombres, qui correspond tout à fait à ce que je veux vous souhaiter. Je vous partage donc de tout cœur ce texte, qui nous fait entendre l'invitation que Dieu adressa à Moïse : «  Tu diras (à Aaron et à ses fils) : Voici en quels termes vous bénirez les fils d'Israël : Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son Visage, qu'Il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son Visage, qu'Il t'apporte la paix ! » (6, 22-27).

 

Même s'il existe des experts en futurologie, et si, grâce à eux, un certain nombre d'évolutions (positives comme négatives) de notre monde peuvent être prévues, chaque année qui commence est grosse de grandes inconnues pour chacun. Des évènements heureux comme malheureux peuvent surgir, pour soi et pour nos proches, de manière tout à fait inattendue. Dès lors, dans ces moments qui nous seront offerts ou imposés, l'important sera que nous sachions les vivre avec le plus de force intérieure possible, avec le plus de sérénité possible, avec le plus de paix possible. Car accepter de vivre c'est, bien entendu, accepter cet imprévisible. Mais Dieu peut nous donner cette force, cette paix, et même cette joie profonde, si nous savons vivre quotidiennement en sa compagnie, vivre en sachant qu'Il est là ; si nous savons accueillir SA force, SA paix, SA joie.

Beaucoup de gens nous disent : « Je suis croyant mais pas pratiquant ». Cette affirmation demande des explications : à quelle croyance et à quelle pratique est-il fait référence ? Car le premier et le principal acte de « croyance » (ou, plutôt, de foi), c'est de faire confiance dans la Présence, dans l'Amour et dans la Sollicitude de l'Eternel. Et la première « pratique », c'est de « vivre avec » : vivre « en présence » de cette Existence, de cet Amour, de cette Sollicitude. C'est se savoir aimé qui rend fort. C'est être regardé tendrement qui apaise. C'est être dans un échange de mots doux, de louanges qui rend joyeux.

Croire, c'est d'abord voir et savoir s'émerveiller. Voir la grandeur de l'univers et la beauté du monde. Voir tout ce dont est capable de meilleur l'homme qui laisse l'Esprit de Dieu agir en lui. Et pratiquer c'est se montrer redevable, « en dette » de ces dons reçus. C'est d'abord savoir dire « merci » au Créateur et Mainteneur de tout ce qui existe. Or qui pourrait douter que s'émerveiller et être dans la gratitude, ne donne pas paix, force et joie ? Les esprits grincheux, non seulement rendent malheureux les autres, mais ils se rendent eux-mêmes malheureux ! Les prophètes de malheur sèment le malheur, autour d'eux comme en eux ! Alors choisissons d'être des esprits positifs tout au long de cette année 2018 ! Des hommes et des femmes qui laisseront briller sur eux le Visage de Dieu !

Christian Delorme