A+ A A-

Editoriaux mensuels

Edito d'Octobre 2014

« Heureux les artisans de paix ! »

La violence est malheureusement inscrite dans le cœur de l‘homme, et il n’existe pas de périodes dans l’histoire humaine où celle-ci se soit montrée absente. Il y a, cependant, des moments plus critiques que d’autres, où des idéologies meurtrières se diffusent largement et où la barbarie se déchaîne de manière dévastatrice. C’est ce que toute une partie du monde vit actuellement, particulièrement avec le surgissement de l’État islamique en Syrie et en Irak, avec la guerre sanglante entre musulmans sunnites et musulmans chiites, avec la persécution des minorités au Proche-Orient. Après des siècles de « convivance » plus ou moins heureuse, les chrétiens du monde arabe se voient de plus en plus poussés sur les routes de l’exil, et on peut craindre qu’ils ne soient bientôt plus présents du tout (sauf en Égypte) dans ces terres qui ont été touchées par le christianisme dès les débuts de la prédication de l’Évangile aux nations. Aujourd’hui déjà, plus de la moitié des quelque 32 ou 34 millions de chrétiens d’Orient vit à l’extérieur du Proche-Orient, principalement dans les deux Amériques !

Lire la suite : Edito d'Octobre 2014

Edito de Septembre 2014

Heureux de venir chez vous !

Il arrive que l'on plaigne les prêtres qui sont appelés à changer régulièrement de charges pastorales, passant tant d'années ici, se liant avec leurs paroissiens, puis obligés de partir ailleurs... Mais il doit être au moins aussi difficile aux membres d'une communauté paroissiale, de devoir «se faire» au départ d'un prêtre – surtout quand il a été beaucoup aimé – et d'en accueillir un nouveau dont on ne sait pas trop ce qu'il va faire, ce qu'il va apporter ou non comme changements !...

Me voici très honoré et heureux de prendre la succession, à Cuire, du Père Pierre Willermoz, dont je sais tout le bon travail qu'il a accompli ces quatre dernières années au service des paroisses de Saint Romain et de Saints Côme et Damien. Heureux, aussi, de rejoindre un secteur paroissial où je compte déjà nombre d'amis, dont le doyen, le Père Florent Guyot. Heureux, également, de venir dans un Ensemble paroissial ouvert à la vie œcuménique avec la présence des orthodoxes roumains à l'église Saints Côme et Damien. Heureux, encore, de pouvoir y trouver les Sœurs blanches de Notre Dame d'Afrique, ainsi que les amis du Foyer Notre-Dame des Sans Abri.

Lire la suite : Edito de Septembre 2014

Edito de Juillet-Aôut 2014

 Comment vous remercier en ce dernier éditorial ? Tout ce qui a été dit lors des deux messes pour mon départ, le cadeau pour un beau voyage[1], tout celà m'a énormément touché.

C'est pour moi l'occasion de laisser résonner en moi tout ce que nous avons pu partager durant ces quatre années : les amitiés toutes humaines qui sont source pour moi d'équilibre, les moments de peine et de joie vécus avec beaucoup, les temps de prière et de célébrations, les baptêmes, mariages, funérailles et eucharisties.

Lire la suite : Edito de Juillet-Aôut 2014

Edito de Mai 2014

 

Marie est bien la personne qui a le mieux communié à l'humanité du Christ. Sur le moment, elle n'a pas dû vivre la mort  de son fils comme manifestation de sa gloire. Avec les apôtres et les femmes qui l'entouraient, elle a dû attendre l'Ascension et la Pentecôte pour comprendre que c'est en cet instant de douleur que Dieu se révélait pleinement aux hommes. Dieu Père se donne en son Fils. Il n'est que don, qu'Amour et sur la croix Jésus nous remet l'Esprit.

Lire la suite : Edito de Mai 2014

Edito d'Avril 2014

 Durant sa vie, Jésus a vécu de nombreux passages : sa naissance, son baptême, son séjour au désert, les acclamations des foules et les critiques de ses adversaires… Tous ces moments ont marqué sa route. Après des calomnies, des jugements faussement fabriqués, l’abandon des siens, des coups de fouet, il arrive au grand passage de sa mort. Partageant pleinement notre humanité, il ressent angoisse et solitude et crie même vers son Père : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » puis il remet son esprit dans les mains de son Père. Il le répandra dans le cœur des hommes car, dans ces moments si douloureux, Jésus continue d’aimer. Il vit un amour si grand que la mort et le mal sont vaincus. Rien ne peut empêcher cette force d’amour et de vie d’ouvrir une brèche dans laquelle toute l’humanité est invitée à passer. Telle est notre foi.

Lire la suite : Edito d'Avril 2014