Edito Mars 2011

pierre_willermozLe 9 mars, c’est le mercredi des Cendres, le jour où nous commençons notre route vers Pâques. Nous entrons dans le Carême, un temps qui nous invite à nous convertir, à nous tourner vers la lumière du Christ.

Trois attitudes nous sont proposées qui en sont des piliers : le jeûne, la prière et le partage.

Jésus nous avertit : il ne s’agit pas de prendre une mine défaite pour faire voir aux autres que nous jeûnons, le jeûne est une affaire entre Dieu et nous. Jeûner c’est se priver de quelque chose pour être plus attentif à ce qui est l’essentiel de notre vie. Nous pouvons nous priver de nourriture ou de toute autre chose, l’alcool, la télévision, le cinéma, l’ordinateur… Il s’agit de prendre du temps pour nous tourner vers le Dieu invisible, ce Dieu que personne n’a jamais vu, mais qui s’est manifesté à nous en Jésus Christ par le don de son Souffle d’amour, l’Esprit Saint.

 

Prier, c’est rechercher la rencontre du Dieu vivant. L’Esprit Saint nous donne de pouvoir l’écouter et prendre conscience de sa présence en nous et autour de nous.

Le Carême c’est aussi l’occasion d’ouvrir un peu plus nos oreilles, nos yeux et notre cœur. Il nous fait sortir de cette fausse « sagesse des trois singes » : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire…

Dans notre fragilité, nous prenons le risque d’aller à la rencontre de nous-mêmes avec notre histoire, nos qualités et nos défauts, nos élans et nos peurs, pour laisser le Souffle de Dieu agir en nous. Ce même Souffle nous pousse vers les autres pour partager avec eux nos biens matériels et aussi notre sourire, notre temps. Ainsi nous pourrons pleurer avec ceux qui pleurent et nous réjouir avec ceux qui sont dans la joie. C’est aussi un moment privilégié pour demander pardon et pardonner à ceux qui nous ont fait du tort.

Pierre Willermoz


Dans ce temps de carême, Seigneur tu nous appelles à « dégager » en nous la source de ta Vie.

Source de prière d’amour et de lumière ;

source de partage, de don et de confiance !

Que ton Esprit de feu nous éclaire, nous entraîne ;

qu’il nous donne d’accueillir ton immense pardon pour risquer avec toi

le chemin de ta Pâques.